Le cash, une espèce en voie de disparition ?

Payer sa baguette avec sa carte bleue semblait inenvisageable il y a quelques années, c’est aujourd’hui monnaie courante… Lors d’un passage en caisse, il n’est pas rare d’entendre le commerçant regretter lui-même de ne pas encore être équipé de cette technologie qui facilite la vie et diminue le temps d’attente. Le développement des moyens de paiement alternatifs aux billets de banque et pièces de monnaie est engagé. Avec lui commence la révolution des moyens de paiement.

shutterstock_497466517.jpg

Paiement sans contact, portefeuilles électroniques, monnaies cryptographiques…

« Le cash n’existera probablement plus dans dix ans » c’est ce qu’annonçait déjà John Cryan, le Directeur général de la Deutsche Bank lors du Sommet de Davos en Janvier 2016. Cette déclaration s’est vue aussitôt modérée par l’ensemble des professionnels du secteurs. Cependant, la tendance est confirmée par la Cabinet de conseil AT Kearney qui estime qu’en Europe, les transactions effectuées grâce aux nouveaux services devraient croître de 6% jusqu’en 2020, de 7% entre 2020 et 2025. La valeur totale des transactions effectuées correspondra alors à deux fois plus que le PIB de l’union Européenne. En 2022, elles seront même supérieures en paiement en liquide, dans le même temps on observera une chute libre des retraits aux distributeurs.

Untitled design.jpg

Les innovations technologiques encouragent la disparition de l’espèce

Cette évolution des moyens de paiement tend à accompagner les nouveaux besoins des consommateurs que les banques ne parviennent pas à satisfaire. Malgré des applications mobiles sophistiquées, les banques sont trop peu réactives et ce sont donc les innovations technologiques qui prennent le relai : du paiement par carte sans contact à la possibilité de régler ses achats à partir de son smartphone, de multiples initiatives offrent toujours plus de facilités aux consommateurs et aux entreprises.

Le monde des FinTech (contraction de « finance » et de « technologie ») est en ébullition avec déjà de belles réussites à la clé comme le désormais très célèbre service PayPal. Avec bientôt près de 200 millions d’utilisateurs dans le monde entier, PayPal est le doyen du paiement mobile. La société a été introduite en bourse en 2017 et vaudrait à ce jour quelques 47 milliards d’euros.

Jack-Dorsey-3
Jack Dorsey, fondateur de Twitter et créateur de Square

En 2009, le co-fondateur de Twitter, Jack Dorsey a créé Square. Cette société de paiement mobile, un peu moins connue en Europe, est déjà cotée en bourse et pèserait déjà près de 4 milliards de dollars. Deux exemples qui, à eux seuls, confirment la tendance de la disparition des espèces.

La société française Leetchi s’est elle aussi brillamment illustrée en démontrant sa capacité à répondre aux nouvelles tendances de consommation. Créée en 2009, l’entreprise figure parmi les 50 étoiles montantes du classement des FinTech du cabinet KPMG, publié en octobre 2016. Ce site internet de cagnotte en ligne entend se substituer aux enveloppes qui permettaient, jadis, de collecter des fonds pour les anniversaires, les pots de départ ou les mariages. Il suffit d’ouvrir une cagnotte en ligne et de l’alimenter à l’aide de sa carte de paiement. L’heureux bénéficiaire peut alors demander le versement du montant sur son compte ou dépenser son enveloppe virtuelle auprès de la centaine de partenaires de la start-up (Amazon, Nespresso, Décathlon, etc…). Faisant les yeux doux aux particuliers de la FinTech lorgnent aussi du côté des commerçants. Smile & Pay, par exemple, leur offre de services à prix discount comme des terminaux de paiement sans contrat d’engagement, des commissions dégressives, etc..
Avec 7 millions de clients dans 150 pays, l’influence et le succès de Leetchi sont mondiaux.

Autre pépite française, Lydia. Davantage tournée vers l’UE, l’application encadre le paiement entre particuliers de smartphone à smartphone. Son ambition : mettre fin à l’envoi de chèques et les longs délais avant l’encaissement. Via Lydia, le transfert s’effectue de compte à compte et sans carte de paiement. 750 000 clients basés en France et en Irlande s’appuient déjà sur ce service. Une levée de fond organisée durant l’été 2016 a permis au service de se développer en Grande-Bretagne, en Allemagne, en Autriche et en Espagne.

shutterstock_678748702.jpg

Dans le reste du monde…

Fin 2016, la Suède a annoncé se donner deux ans pour créer une version électronique des billets et pièces de monnaie aujourd’hui en circulation. Dans ce pays de 10 millions d’habitants, le liquide n’est plus utilisé que par 2% des transactions. Avec sa e-couronne, le pays scandinave démontre, une fois encore, sa capacité à prendre en compte l’évolution des comportements de sa population.

Le phénomène n’épargne aucun pays ou zone géographique.
L’Inde, avec une myriade de jeunes pousses dont Paytm, la société de paiement par smartphone qui a conquis 170 millions d’habitants, et la Chine avec We Chat, un site de messagerie avec système de paiement intégré, mettent les bouchées doubles pour rattraper l’Amérique du Nord et l’Europe.
Les pays en développement sont également sur les rangs : M-Pesa, un service de paiement par mobile lancé au Kenya en 2007, a déjà été adopté par 29,5 millions de consommateurs dans une dizaine de pays en Afrique, en Asie et en Europe de l’est.

shutterstock_503616478.jpg

Article rédigé par Anthony A.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s